Aller au contenu principal

La Marguerite

20 septembre 2020

Toulouse (Occitanie, France), 14 septembre 2020. Placard apposé sur l'ancien théâtre de la Digue
Toulouse (Occitanie, France), 14 septembre 2020. Placard apposé sur l’ancien théâtre de la Digue

Sur l’affiche, la citation est inexacte. Ce que dit la dame du Camion, c’est ceci :

Que le monde aille à sa perte, c’est la seule politique.
Marguerite Duras (1914–1996). Le camion (1977). Dans : Marguerite Duras, Œuvres complètes III, Gallimard, 2014 (Bibliothèque de la Pléiade). ISBN 978-2-07-012229-5. Page 275.

Et encore :

Que le monde aille à sa perte.
Qu’il aille à sa perte.
Marguerite Duras (1914–1996). Le camion (1977). Dans : Marguerite Duras, Œuvres complètes III, Gallimard, 2014 (Bibliothèque de la Pléiade). ISBN 978-2-07-012229-5. Page 298.

Plus tard, M. D. a dit que ces propos de la dame du Camion n’avaient pas été compris. Elle a dit qu’il ne s’agissait pas de se résigner à l’anéantissement, inéluctable, du monde.

Non. La perdition n’est pas la mort. C’est un brassement de population. C’est le même magma, c’est retourner à l’origine des choses. Vous croyez que la perte du monde, c’est son malheur, sa mort ? […] La perte du monde, c’est que le monde se répande, que le sort commun devienne vraiment commun. Qu’il n’y ait plus cette tentative d’économie sordide de l’oligarchie financière mondiale.
[…] Je ne suis pas un maître à penser. Je suis un maître à dé-penser, si vous voulez. […] Je ne propose rien. Je propose qu’on n’y croie plus. Rien. À rien de ce qu’on décide en dehors de soi. Je propose qu’on ne croie plus rien de cela. Ce n’est pas la pensée. À moins que ça ne soit ça.
[…] Le monde peut maintenant aller à sa perte. Parce que 90 % de l’humanité est prévenue des dangers qu’elle encourt. C’est ça le progrès. C’est tout.
Marguerite Duras (1914–1996). La Couleur des mots. Entretiens avec Dominique Noguez autour de huit films, Paris, Benoît Jacob, 2001. ISBN 978-2-913645-04-6. Pages 149, 151.

Délicieuse arrogance.

Georges Brassens (1921–1981)La marguerite. Georges Brassens, paroles & musique.
Georges Brassens, chant, guitare ; Pierre Nicolas, contrebasse.
Captation : Paris, Bobino, 19 janvier 1967.
Vidéo : extrait de l’émission Le palmarès des chansons, Roger Pradines, réalisation. France, ORTF (Office de radiodiffusion télévision française), production, 1967.

.

Toulouse (Occitanie, France), 18 septembre 2020. Placard apposé sur l'ancien théâtre de la Digue

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :