Aller au contenu principal

Katia Guerreiro • Os meus versos (Florbela Espanca)

13 juin 2020

Un sonnet de la tourmentée Florbela Espanca (1894-1930), mis en musique pour Katia Guerreiro par son guitariste, Paulo Valentim. Lors de ce concert aux Açores où elle a grandi, la fadiste le présente ainsi :

O próximo fado chama-se « Os meus versos ». Tem um poema de mais um dos grandes nomes da poesia portuguesa, Florbela Espanca.

Le prochain fado s’appelle « Os meus versos », sur un poème, encore une fois, d’un des grands noms de la poésie portugaise, Florbela Espanca.

Katia GuerreiroOs meus versos. Sonnet de Florbela Espanca ; Paulo Valentim, musique.
Katia Guerreiro, chant ; Paulo Valentim, guitare portugaise ; João Veiga, guitare ; Rodrigo Serrão, contrebasse.
Captation : Ponta Delgada (Açores, Portugal), Coliseu Micaelense, 7 mai 2005.
Vidéo : RTP (Rádio e Televisão de Portugal), production.


Rasga esses versos que eu te fiz, Amor!
Deita-os ao nada, ao pó, ao esquecimento,
Que a cinza os cubra, que os arraste o vento,
Que a tempestade os leve aonde for!

Déchire ces vers que j’ai écrits pour toi, Amour !
Remets-les au néant, à la poussière, à l’oubli !
Que la cendre les recouvre, que le vent s’en empare,
Que la tempête les entraîne où qu’elle aille !

Rasga-os na mente, se os souberes de cor,
Que volte ao nada o nada de um momento!
Julguei-me grande pelo sentimento,
E pelo orgulho ainda sou maior!…

Si tu les sais par cœur, déchire-les de ta mémoire,
Que retourne au néant le néant d’un moment !
Je me suis crue grande quant au sentiment,
Mais pour l’orgueil je suis plus grande encore !

Tanto verso já disse o que eu sonhei!
Tantos penaram já o que eu penei!
Asas que passam, todo o mundo as sente…

Tant de poèmes ont déjà dit mes rêves !
Tant ont déjà souffert ce que je souffre !
Les ailes qui passent, qui ne frôlent-elles pas ?…

Rasgas os meus versos… Pobre endoidecida!
Como se um grande amor cá nesta vida
Não fosse o mesmo amor de toda a gente!…

Tu déchires mes vers… Pauvre folle !
Comme si un grand amour, surgi dans ma vie,
N’était le même amour que celui de tout le monde !
Florbela Espanca (1894-1930). Os meus versos. Extrait de : Reliquae (première publication dans la 2e édition de Charneca em flor), 1931. Florbela Espanca (1894-1930). Mes vers, trad. par L. & L. de Os meus versos. Extrait de : Reliquae (première publication dans la 2e édition de Charneca em flor, 1931).

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :