Aller au contenu principal

Sílvia Pérez Cruz & Marco Mezquida • Mallorca i No trobaràs la mar

21 mai 2020

Un autre extrait de l’album Ma [間] : Live in Tokyo, enregistré en octobre dernier au club de jazz Blue Note à Tokyo, par Sílvia Pérez Cruz en duo avec le pianiste de jazz Marco Mezquida.

La habanera Na nena (Tornada a Menorca) était dédiée à Minorque – dont est originaire Marco Mezquida. Cette nouvelle plage rend hommage à Majorque, patrie de l’autrice-compositrice Maria del Mar Bonet dont on entend quelques couplets de la mélancolique No trobaràs la mar, précédée d’un traditionnel et, rapidement, du thème de La Balanguera, l’hymne des Baléares.

Sílvia Pérez Cruz & Marco MezquidaMallorca i No trobaràs la mar.
Mallorca. Paroles & musique traditionnelles (îles Baléares). No trobaràs la mar. Maria del Mar Bonet, paroles & musique.
Sílvia Pérez Cruz, chant ; Marco Mezquida, piano.
Enregistrement public : Tokyo (Japon), Blue Note, 9-11 octobre 2019.
Extrait de l’album MA : Live in Tokyo / Sílvia Pérez Cruz & Marco Mezquida. Espagne, ℗ 2020.


Si un dia véns a casa,
te mostraré el jardí,
un núvol que tenc al pati
i la flor de gessamí.

Si un jour tu viens chez moi,
Je te montrerai le jardin,
Un nuage que j’ai dans ma cour,
Et la fleur du jasmin.

No trobaràs la mar,
la mar fa temps que va fugir:
un dia se’n va anar
i em va deixar aquí.

Tu ne trouveras pas la mer,
Il y a longtemps qu’elle s’est enfuie.
Un jour elle est partie,
Et m’a laissé ici.

Deixaré sa feina per tu,
ses eines damunt sa taula,
tancaré bé sa finestra
i es vent no em robarà cap paraula.

Je laisserai mon travail pour toi,
Mes outils sur la table,
Je fermerai bien la fenêtre,
Pour que le vent ne me vole aucune parole.

Trobaràs noves flors
i fruites a sa taula,
i una cançó per a tu
que fa temps que tenc guardada.

Tu trouveras des fleurs nouvelles
Et des fruits sur la table,
Et une chanson pour toi
Que je garde depuis longtemps.

I més tard, quan te’n vagis,
serà l’hivern cada nit;
jauré en el mateix llit
amb la fredor en els llavis.

Et plus tard, quand tu partiras,
Ce sera l’hiver chaque nuit ;
Je me coucherai dans le même lit
Avec le froid sur les lèvres.
Maria del Mar Bonet. No trobaràs la mar (1970).
.
PMaria del Mar Bonet. Tu ne trouveras pas la mer, trad. par L. & L. de No trobaràs la mar (1970).

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :