Aller au contenu principal

Amália Rodrigues • Fado português

24 mars 2020

Constantino Fernandes (1878 – 1920). O marinheiro (1913). Museu do Chiado, Lisbonne

Constantino Fernandes (1878 – 1920). O marinheiro (1913). Museu do Chiado, Lisbonne

Fado português (« Fado portugais ») est l’unique poème du romancier, poète et essayiste José Régio (1901-1969) qu’ait chanté Amália Rodrigues. Encore ce poème, qui date de 1941, n’a-t-il pas été écrit pour elle. Elle n’en chante d’ailleurs qu’une partie. C’est Alain Oulman, le compositeur français avec qui elle collaborait depuis la fin des années 1950, qui a obtenu du poète l’autorisation d’en mettre quelques fragments en musique à l’intention de la fadiste. Régio et lui sont tombés d’accord sur le choix des strophes et sur le principe de la répétition de l’une d’elle (« Ai, que lindeza tamanha… ») à la fin du fado, comme un refrain.

Fado português évoque le mythe de l’origine maritime du Fado, qui serait né de la solitude des marins portugais parcourant les océans du monde et qui serait donc lié de longue date à l’histoire du Portugal. Pour autant José Régio, co-fondateur de la revue Presença, l’une des plus importantes revues littéraires portugaises du XXe siècle, liée au Modernisme et qui comptait parmi ses collaborateurs Miguel Torga ou encore les peintres Maria Helena Vieira da Silva et Árpád Szenes, n’était aucunement favorable au régime salazariste.

Ce fado donne son titre au deuxième album composé essentiellement de musiques d’Alain Oulman : Fado português (1965).

Amália Rodrigues (1920-1999)Fado português. José Régio, paroles ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; Domingos Camarinha, guitare portugaise ; Castro Mota, guitare classique.
Vidéo : production RTP [Rádio e Televisão de Portugal]. Portugal, années 1960 (1964?).


O Fado nasceu um dia
Quando o vento mal bulia
E o céu o mar prolongava
Na amurada dum veleiro
No peito dum marinheiro
Que, estando triste, cantava.

Le Fado est né un jour
Où le vent soufflait à peine
Et le ciel prolongeait la mer,
Au bastingage d’un voilier,
Dans le cœur d’un marin
Qui était triste et chantait.

Ai, que lindeza tamanha
Meu chão, meu monte, meu vale
De folhas, flores, frutos de oiro
Vê se vês terras de Espanha
Areias de Portugal
Olhar ceguinho de choro!

Ah, quelle immense beauté,
Ma terre, ma montagne, ma vallée,
Feuilles, fleurs, fruits d’or !
Vois si tu aperçois les côtes d’Espagne,
Les plages du Portugal,
Regard aveuglé de larmes !

Na boca dum marinheiro
Do frágil barco veleiro
Morrendo a canção magoada
Diz o pungir dos desejos
Do lábio a queimar de beijos
Que beija o ar, e mais nada.

Dans la bouche d’un matelot
Sur le frêle voilier,
La douloureuse chanson qui se meurt
Dit la morsure du désir
Sur les lèvres brûlantes de baisers
Qui ne reçoivent que le baiser du vent.

Mãe, adeus. Adeus, Maria
Guarda bem no teu sentido
Que aqui te faço uma jura
Que ou te levo à sacristia
Ou foi Deus que foi servido
Dar-me no mar sepultura.

Mère, adieu. Adieu Maria
Garde bien dans ta mémoire
Ce serment que je te fais :
Je te mènerai à la sacristie
À moins qu’il plaise à Dieu
De faire de la mer ma sépulture.

Ora eis que embora outro dia
Quando o vento nem bulia
E o céu o mar prolongava
À proa de outro veleiro
Velava outro marinheiro
Que, estando triste, cantava.

Or voici qu’un autre jour
Où le vent soufflait à peine
Et le ciel prolongeait la mer,
À la proue d’un autre voilier
Veillait un autre marin
Qui était triste et chantait.
José Régio (1901 -1969). Fado português (1941).
.
José Régio (1901 -1969). Fado portugais, traduit de : Fado português (1941) par L. & L.

Amália Rodrigues (1920-1999)Fado português. José Régio, paroles ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; Domingos Camarinha, guitare portugaise ; Castro Mota, guitare classique.
Enregistrement : studio Valentim de Carvalho (Paço de Arcos, Portugal), 1964.
Première publication : album Fado português. Portugal : Edições Valentim de Carvalho, 1965.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :