Aller au contenu principal

Νένα Βενετσάνου [Néna Venetsánou], Paul Éluard • L'amoureuse

16 janvier 2020

Encore un peu de la Grèce – et de la France aussi, celle d’il y a presque cent ans.

Au programme de son tout premier album, paru en 1980, Néna Venetsánou a fait figurer cinq chansons, composées par elle-même, sur des poèmes de Paul Éluard extraits de divers recueils. L’amoureuse provient de Capitale de la douleur (1926).

Νένα Βενετσάνου [Néna Venetsánou] • L’amoureuse. Poème de Paul Éluard ; Νένα Βενετσάνου [Néna Venetsánou], musique.
Νένα Βενετσάνου [Néna Venetsánou], chant ; Τάσος Καρακατσάνης [Tásos Karakatsánīs], arrangements et direction.
Enregistré à : Polysound Studio, Athènes (Grèce).
Extrait de l’album Στα Ελληνικά τραγούδια της [Sta Ellīniká tragoúdia tīs] ; Chante Paul Eluard / Νένα Βενετσάνου [Néna Venetsánou]. Grèce, ℗ 1980.

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s’engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s’évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.
Paul Éluard (1895-1952). L’amoureuse. Dans : Capitale de la douleur (1926, première publication).

No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :