Aller au contenu principal

Chanson de l’orang-outan

1 juin 2019

— M. et Mme Outang ont un fils.
— Ne me dites pas qu’ils l’ont appelé Laurent.
— Non, Laurent c’est le nom de jeune fille de Mme Outang. Mme Laurent-Outang, plutôt. Émile Laurent-Outang.
— Oh mais vous plaisantez ! Comment ça Émile ?
— Ses parents croyaient que c’était un nom de fille j’imagine. Sa mère est allemande vous savez.
— Remarquez, on donne des prénoms plus bizarres encore, de nos jours, Cookie, Crumble, Cappuccino, Kevin ou autres. Mais elle n’utilise pas son nom de jeune fille je suppose.
— Mais si. Elle y met un point d’honneur. Son mari a essayé de l’en dissuader mais il n’a réussi qu’à ce qu’elle lui demande – et avec quelle insistance ! – de changer de nom, lui.
— Ça alors !
— Et elle a obtenu qu’il entame une procédure pour cas de « nom difficile à porter car pouvant être perçu comme ridicule ou péjoratif ». Mais enfin, à mon avis ça n’a aucune chance d’aboutir, vu qu’en soi Outang n’est pas un « nom difficile à porter car pouvant être perçu comme ridicule ou péjoratif » n’est-ce pas. Il ne le devient qu’avec Laurent devant, et il faudrait des parents totalement ingénus – ou d’une incompétence abyssale, sidérante en zoologie – pour prénommer leur gamin Laurent s’ils s’appellent Outang. Ou des pervers. Or il se prénomme Émile.
— Comment, mais je croyais que c’était sa femme. J’ai mal compris…
— Vous avez très bien compris. Ils s’appellent Émile l’une et l’autre. C’est d’ailleurs cette coïncidence qui les a rapprochés.
— Vraiment, c’est tout à fait singulier. En attendant Mme Outang renonce à utiliser son nom de jeune fille, sûrement. Ne me dites pas qu’elle se fait appeler Mme Laurent-Outang.
— Mais si ! Je vous l’ai dit. Elle ne veut pas transiger là-dessus. D’ailleurs c’est aussi un moyen pour les distinguer, elle et son mari, vu qu’ils s’appelleraient l’une et l’autre Émile Outang autrement. Bien sûr, ça ne lui facilite pas la vie. Elle m’a raconté, oh il y a déjà quelque temps de ça, c’était avant la Toussaint, vous voyez ce n’est pas d’hier – non je me trompe, c’était avant Noël, oui c’était juste avant les fêtes – qu’elle a téléphoné chez la coiffeuse pour un rendez-vous : Bonjour Madame, un rendez-vous pour une coupe je vous prie, avant les fêtes bien sûr — vendredi 15h30 ça vous irait ? (ou jeudi 11 heures, je ne sais plus, enfin peu importe) — Parfait. — Vous êtes Madame… ? — Laurent-Outang. Émile Laurent-Outang. Alors là la coiffeuse, vous imaginez, elle a dû avoir un blanc, un trou, un moment d’absence. C’était une intérimaire embauchée pour les fêtes. Elle a dit, bredouillé plutôt : Plaît-il ? – une expression qu’utilisait la boulangère de son village quand elle était petite, pour faire chic, on imagine le genre, toute en poitrine et en chignon –, c’est cette expression-là qui lui est venue au lèvres. Madame Laurent-Outang lui a raccroché au nez.
— Et l’enfant, il s’appelle comment alors ?
— Je ne sais plus… un nom grec il me semble. Hector, Anacharsis, Polydore, quelque chose comme ça. Ou Hercule plutôt, oui, c’est ça je crois.
— Hercule Outang, ça sonne assez bien.
— Hercule Laurent-Outang.


Edmond Audran (1842-1901) | La mascotte (1880). Edmond Audran, musique ; Henri Chivot et Alfred Duru, livret.
Lucien Baroux, baryton (Laurent XVII) ; Robert Massard, baryton (Pippo) ; Geneviève Moizan, mezzo-soprano (Bettina) ; Denise Cauchard, soprano (Fiametta)… ; Robert Benedetti, direction du chœur et de l’orchestre.
Extrait : Acte III, Chanson de l’orang-outan « Le grand singe d’Amérique / Qui régnait à Piombino » (Fiametta, Chœur, Le Sergent).
France, ℗1959.

No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :