Aller au contenu principal

A galopar | Rafael Alberti, Paco Ibañez, Pájaro

29 décembre 2018

¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
Rafael Alberti (1902-1999). Galope (1938).

Au galop,
au galop,
Jusqu’à les enfouir dans la mer !

Vu que la couleur brune est de plus en plus tendance, en Europe comme en Amérique, il est temps de réviser ses classiques.

Galope (« Galop »), du poète andalou Rafael Alberti (1902-1999), publié pour la première fois en 1938, c’est à dire en pleine guerre civile espagnole, a été popularisé par Paco Ibañez qui en a fait trente ans plus tard une chanson d’une très grande force, sous le titre A galopar (« Au galop »). C’était en 1969 – Franco tenant encore l’Espagne dans ses griffes.

Paco Ibañez | A galopar. Poème de Rafael Alberti ; Paco Ibañez, musique.
Paco Ibañez, chant et guitare. Enregistrement : 1969. Extrait de l’album Paco Ibañez – 3. France, 1969.
Précédé de : Rafael Alberti (1902-1999) | Galope (extrait). Poème de Rafael Alberti.
Rafael Alberti, voix. Enregistrement : date non précisée.

Las tierras, las tierras, las tierras de España,
las grandes, las solas, desiertas llanuras.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
al sol y a la luna.
Les terres, les terres, les terres d’Espagne,
Immenses et rases, les plaines désertes.
Galope, cavalier du peuple
Galope, mon cheval balzan,
Car la terre est tienne*.
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
Au grand galop,
Au grand galop,
Jusqu’à les enfouir dans la mer !
A corazón suenan, resuenan, resuenan
las tierras de España, en las herraduras.
Galopa, jinete del pueblo,
caballo cuatralbo,
caballo de espuma.
Comme un cœur qui bat sonnent et résonnent
Les terres d’Espagne sous les quatre fers.
Galope, cavalier du peuple
Mon cheval balzan,
Mon cheval d’écume.
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
Au grand galop,
au grand galop,
Jusqu’à les enfouir dans la mer.
Nadie, nadie, nadie, que enfrente no hay nadie;
que es nadie la muerte si va en tu montura.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
que la tierra es tuya.
Personne, personne, en face personne
La mort n’est personne si elle monte en croupe
Galope, cavalier du peuple
Galope, mon cheval balzan,
Car la terre est tienne.
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
Au grand galop,
au grand galop,
Jusqu’à les enfouir dans la mer.
* Dans le texte original d’Alberti : « Galope, cheval balzan / Cavalier du peuple, / Au soleil et au clair de lune. »

Rafael Alberti (1902-1999). Galope (1938).
.
.
.
.

Rafael Alberti (1902-1999). Galop, traduit de Galope (1938) par Pierre Pascal.
Extrait des textes d’accompagnement de l’album Paco Ibañez ‎– 3. France : Moshé-Naïm, 1980. 1ère publication : 1969.

Encore une fois. Une version qui vient de sortir, pour ainsi dire, celle de Pájaro :

Pájaro | A galopar. Poème de Rafael Alberti ; Paco Ibañez, musique.
Andrés Herrera « Pájaro », chant, guitare. Raül Fernández, guitare, mellotron, chœurs ; Paco Lamato, guitare, chœurs ; Pepe Frías, guitare basse ; Antonio Lomas, batterie ; Ángel Sánchez, trompette.
Enregistrement : Séville (Espagne), studio Happy Place, novembre et décembre 2017.
Extrait de l’album Gran poder. Espagne : Happy Place Records, ℗2018.

One Comment leave one →
  1. Francesca permalink
    30 décembre 2018 18:13

    Merci pour ces pépites qui m évoquent toutes quelque chose de ma vie, de près ou de loin. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :