Skip to content

Κωνσταντίνος Καβάφης — Μέρες του 1903

14 novembre 2011

Autres yeux incomparables, ceux-ci égyptiens probablement. Perdus eux aussi, il y a plus d’un siècle de cela.

Jours de 1903
Je ne les ai plus retrouvés — eux que j’aurai si vite perdus…
les yeux pleins de poésie, la pâleur du visage
dans la nuit qui gagnait la rue…

Je ne les ai plus retrouvés — eux que le hasard seul m’a donnés,
et dont je me suis si facilement détaché
pour les désirer ensuite avec angoisse.
Les yeux pleins de poésie, cette pâleur du visage,
ces lèvres-là, je ne les ai plus retrouvées.
Kōnstantínos P. Kaváfīs (1863-1933). Jours de 1903 (1917). Traduction Dominique Grandmont.

Μέρες του 1903
Δεν τα ηύρα πιά ξανά – τα τόσο γρήγορα χαμένα…
τα ποιητικά τα μάτια, το χλωμό
το πρόσωπο… στο νύχτωμα του δρόμου…

Δεν τα ηύρα πιά – τ’ αποκτηθέντα κατά τύχην όλως,
που έτσι εύκολα παραίτησα
και που κατόπιν με αγωνίαν ήθελα.
Τα ποιητικά τα μάτια, το χλωμό το πρόσωπο,
τα χείλη εκείνα δεν τα ηύρα πιά.
Κωνσταντίνος Π. Καβάφης (1863-1933). Μέρες του 1903 (1917). Source : Ιθάκη = Ithaka : A Tribute to Constantine P. Cavafy

Ne pas pouvoir entendre, ayant pourtant le poème sous les yeux, la sonorité et le rythme de la langue grecque faute de pouvoir la lire et la comprendre (c’est mon cas) : c’est aussi une perte. Par bonheur Jours de 1903 a été mis en musique par Mános Hadjidákis (Μάνος Χατζιδάκις), au sein du cycle O Μεγάλος Ερωτικός [O Megálos Erōtikós], connu aussi sous le titre Magnus Eroticus (1972) :

Μέρες του 1903 [Méres tou 1903] / Δημήτρης Ψαριανός [Dimítris Psarianós], chant ; Κωνσταντίνος Π. Καβάφης [Kōnstantínos P. Kaváfīs], poème ; Μάνος Χατζιδάκις [Mános Hadjidákis], musique.

L. & L.

Jours de 1903, dans la traduction de Dominique Grandmont est disponible dans :

En Attendant Les Barbares / Constantin CavafisKaváfīs, Kōnstantínos P. (1863-1933)
En attendant les barbares et autres poèmes (Gallimard ; 2003)

En attendant les barbares : et autres poèmes / Constantin Cavafis ; préface, traduction et notes de Dominique Grandmont. – [Paris] : Gallimard, 2003. — 323 p. : couv. ill. ; 18 cm.
(Collection Poésie ; 386)

ISBN 2-07-030305-5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :